Diari

25 août 1833

          «L’homme civilisé ne peut avec l’intelligence la plus heureusement développée espérer aucun bonheur, s’il ne donne à sa puissance d’action la pensée pour modératrice, à sa pensée l’action pour contrepoids». Telle est la pensée morale qui résulte de la lecture d’Obermann.…

Leggi tutto

24 août 1833

          Course à Copet avec le prince de Craon. Sentiment douloureux que l’on éprouve en contemplant ces lieux que le génie et la célébrité d’un nom illustre ont, pendant longtemps, animés, maintenant sans autres habitans que le souvenir de ce nom qui a rempli l’Europe et qui n’a plus personne pour le porter.…

Leggi tutto

23 août 1833

         Course à Fernex avec le prince de Craon. Nous avons visité le salon et la chambre à coucher de Voltaire, qui ont été conservés sans aucun changement tels qu’il les habitait. La simplicité des meubles est extrême; le salon est couvert de tableaux, qui n’ont de remarquable que leur extrême indécence.…

Leggi tutto

22 août 1833

         J’ai rencontré à la Société de lecture le marquis d’Almeida, ministre de Don Pedro à Paris. Il était sans inquiétude sur le succès final de la cause constitutionnelle, mais il redoutait des malheurs nombreux causés par la résistance qu’oppose encore Bourmont et son armée.…

Leggi tutto

21 août 1833

          Le prince de Craon, caractère facile et doux, voulant avant tout conserver une position agréable dans la société, mais au fond appartenant à l’opinion libérale et modérée. Il est également convaincu et de l’impuisance absolue des carlistes, et de la faiblesse numérique des républicains.…

Leggi tutto

20 août 1833

         Madame de Corvesi, sœur de Mr Forbin des Issarts, a dîné au Bocage. Elle ne s’est pas montrée fort exagérée, son ultracisme paraît être émoussé par les sottises et les ridicules du parti.…

Leggi tutto

19 août 1833

          Course à Chouli – Châteauvieux, toujours fort aimable, est peu désireux de parler politique devant sa femme, qui est d’un ultracisme épouvantable. J’ai revu Naville, il m’a beaucoup parlé des progrès inimaginables des arts industriels en France et en Angleterre. Il attribue la prospérité actuelle de la manufacture des glaces à ce que les directeurs des travaux, pris jusqu’ici parmi les jeunes gens de l’école, ont été remplacés par les contre-maîtres qui avaient montré le plus de talent.…

Leggi tutto

18 août 1833

          J’ai déjeûné à l’Écu de Genève avec Salmour, à côté de Mr Paul Périer, fils de Casimir Périer. Ce jeune homme n’a pas l’air d’avoir ni le caractère, ni le talent de son père.
         Visite à Naville, son état est tel qu’il craint toujours de trop parler.…

Leggi tutto

17 août 1833

          J’ai été voir la salle où se faisaient les élections: peu de foule, et peu d’empressement. D’ailleurs l’ordre le plus parfait, soit dans le lieu même des élections, soit au-dehors.…

Leggi tutto

16 août 1833

          J’ai dînné avec Mr Charles Lucas et monsieur Prosper Lucas, jeune médecin, son frère, à la Fenêtre. Il est persuadé que si Odillon Barrot venait au Ministère il déploierait la même énergie que Casimir Périer en faveur de l’ordre, mais avec des vues gouvernementales plus étendues.…

Leggi tutto