25 août 1833

          «L’homme civilisé ne peut avec l’intelligence la plus heureusement développée espérer aucun bonheur, s’il ne donne à sa puissance d’action la pensée pour modératrice, à sa pensée l’action pour contrepoids». Telle est la pensée morale qui résulte de la lecture d’Obermann.


Allegati:
Versione pdf

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *