18 août 1833

          J’ai déjeûné à l’Écu de Genève avec Salmour, à côté de Mr Paul Périer, fils de Casimir Périer. Ce jeune homme n’a pas l’air d’avoir ni le caractère, ni le talent de son père.
         Visite à Naville, son état est tel qu’il craint toujours de trop parler. J’ai pu recueillir peu de faits de sa conversation, sinon qu’il croit à la pacification de la Suisse, du moins momentanément.


Allegati:
Versione pdf

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato. I campi obbligatori sono contrassegnati *